() () .



    ==^^Le dernier jour d'un condamn== ^^Biographie + Etude de l'oeuvre + Rsum==

    avatar
    +
     +


    : 1462
    : 30
    :
    / : student
    : good
    : 01
    :
    100 / 100100 / 100

    : 11/07/2008
    : 9466
    : 0
    :
    :
    :

    ==^^Le dernier jour d'un condamn== ^^Biographie + Etude de l'oeuvre + Rsum==

        08, 2009 11:11 am

    Biographie de l'auteur





    Victor Hugo est n Besanon le 26 fvrier 1802. Fils d'un gnral de Napolon, il suivit d'abord son pre dans le hasard des expditions et des campagnes, en Italie, en Espagne, o il fut page du roi Joseph et lve au sminaire des nobles de Madrid. Vers l'ge de onze ans, il vint s'tablir avec sa mre, spare cette poque du gnral, Paris, dans le quartier, presque dsert alors, du Val-de-Grce. C'est l qu'il grandit dans une libert d'esprit et de lectures absolue, sous les yeux d'une mre extrmement indulgente et assez insoucieuse l'endroit de l'ducation. Il s'leva tout seul, lut beaucoup, au hasard, s'prit, ds quinze ans, la fois de vers et de mathmatiques, se prparant l'École polytechnique et concourant aux Jeux floraux .

    Couronn deux fois par cette socit littraire, nomm par elle matre s jeux floraux en1820, distingu par l'Acadmie franaise en 1817, l'ge de quinze ans, pour une pice sur les Avantages de l'tude, s'essayant une tragdie (Irtamne dont on trouve quelques fragments dans Littrature et Philosophie mles), il comprit que sa vocation tait toute littraire, abandonna les mathmatiques, et lana en 1822 les Odes. Il obtint une pension de 2 000 francs de Louis XVIII, peut-tre pour son livre, peut-tre pour un trait de gnrosit dont le Roi fut touch ; il se maria (1822), et ne songea plus qu' marcher sur les traces de Lamartine, qui tait l'idole du jour.

    Journaux (Le Conservateur littraire), romans (Bug-Jargal, Han d'Islande), thtre (Amy Robsart avec Ancelot, l'Odon, chute), vers (Ballades et nouveaux recueils d'Odes) l'occupent jusqu'en 1827. A cette date, il donne Cromwell, grand drame en vers (non jou), avec une prface qui est un manifeste. En 1828 il crit Marion de Lorme, drame en vers, qui est interdit par la censure, en 1829 les Orientales, en 1830 Hernani, jou la Comdie franaise, acclam par la jeunesse littraire du temps, peu got du public.

    La Rvolution de 1830 donne la libert Marion de Lorme, qui est joue la Porte Saint-Martin avec un assez grand succs.

    Ds lors Victor Hugo se multiplie en crations. Les recueils de vers et les drames se succdent rapidement. En librairie, c'est Notre-Dame de Paris, roman (1831), Littrature et philosophie mles (1834), Feuilles d'automne, posies (1831), Chants du crpuscule, posies (1835), Voix intrieures, posies (1837), Rayons et Ombres, posies (1840), Le Rhin, impressions de voyage (1842). Au thtre, c'est Le Roi s'amuse, en vers (1839), reprsent une fois, puis interdit sous prtexte d'allusion politique, Lucrce Borgia, en prose (1833), Marie Tudor, en prose (1833), Angelo, en prose (1835), Ruy Blas, en vers (1838), les Burgraves, en vers (1843).

    En 1841 il avait t lu de l'Acadmie franaise, aprs un premier chec. En 1845 il fut nomm pair de France. En 1848 il fut lu dput de Paris l'Assemble Constituante, fonda le journal l'Évnement pour prparer sa candidature la Prsidence de la Rpublique , et devint un personnage politique. A la Constituante , il sigea parmi la droite et vota ordinairement avec elle.
    Peu soutenu dans sa candidature la Prsidence, mais rlu dput de Paris, il sigea gauche l'Assemble lgislative, se marqua nergiquement comme anti-clrical (Loi sur l'enseignement) et inclina peu peu vers le groupe socialiste.
    Au 2 dcembre 1851 il se mla au mouvement de rsistance, et dut prendre la route de l'exil.


    Il se retira en Belgique, puis Jersey, puis Guernesey, refusa de bnficier des amnisties, et ne rentra en France qu'en 1870. Pendant son sjour l'tranger, il publia Napolon le Petit, et crivit l'Histoire d'un crime, pamphlets politiques en prose, Les Chtiments (1853), satires en vers contre les hommes de l'Empire, Les Contemplations, posies (1856), la premire Lgende des Sicles (1859), Les Misrables, roman (1862), William Shakespeare, tude critique (1864), Les Travailleurs de la mer, roman (1866), Les Chansons des rues et des bois, posies (1865), etc.

    Revenu Paris sous la troisime rpublique, il vit le sige de 1870 et la guerre civile de 1871, qui lui inspirrent l'Anne terrible, posies (1872). il donna encore la deuxime Lgendes des Sicles, posies (1877), l'Art d'tre Grand-Pre, posies (1877), la troisime Lgende des Sicles, posies (1881), les Quatre vents de l'esprit, posies (1882).
    Il avait t nomm snateur par le collge lectoral de Paris en 1876. Il parla peu. Il vota constamment avec la gauche. Ses opinions politiques d'alors taient reprsentes par le journal Le Rappel, fond vers la fin de l'Empire par ses parents et allis.


    Il mourut le 22 mai 1885, dans la saison des roses , comme il l'avait prdit quinze annes auparavant, l'ge de 83 ans, comme Goethe. Son corps fut dpos au Panthon, aprs les funrailles les plus magnifiques que la France ait vues depuis Mirabeau. Il a laiss une grande quantit d'uvres indites qui paratront successivement. En 1886 on en a donn deux, le Thtre en Libert, et la Fin de Satan, qui n'ont rien t sa gloire.


    Les personnages de luvre :
    Le narrateur :
    Cest le hros de cette histoire. Il est condamn la peine de mort, cause dun crime quil a commis. Il est dune ducation raffin. Il est jeune et sain ; robuste de corps et desprit.
    rie :
    Petite fille du narrateur ge de trois ans. Douce, rose, frle, elle a de grands yeux noirs et de longs cheveux chtains. Elle ne reconnat pas son pre lorsquelle le revoit dans la prison et lappelle monsieur
    es magistrats :
    Ils sont grotesques. Le narrateur les dcrit de manires caricaturales.
    Les gardes-chiourmes :
    Des geliers sans instruction et sans ducation qui rudoient le narrateur et les autres prisonniers.
    es spectateurs :
    curieux, assoiffs de sangs et acharns contre le condamn
    mre du narrateur :
    Femme de mauvaise sant ge de soixante-quatre ans
    a femme du narrateur :
    Femme de mauvaise sant et desprit libre
    Le prtre :
    Bon et charitable, cest un homme qui prouve pas de compassion pour le narrateur. Il le croit impie. La promiscuit des criminels et le spectacle des excution la rendu placide.
    huissier :
    Un homme insensible qui vient annoncer au condamn le rejet de son pourvoi en cassation. Il ne sintresse qu son tabac et aux nouvelles politiques sans importance. La mort ne lmeut pas
    e prisonnier de la Conciergerie :
    Un homme de cinquante cinq ans qui a partag la cellule du narrateur la Conciergerie , avant dtre transfr Bictre. Il est condamn la peine capitale qui doit avoir lieu dans six semaines. Il est le fils dun ancien condamn mort
    e sous architecte :
    Un jeune homme qui est arriv dans la cellule du condamn, la Conciergerie afin de prendre les mesures de la Cellule. Il est insensible et sarcastique.
    e nouveau gendarme de la Conciergerie :
    Cest un gendarme aux yeux de buf, au front dprim qui remplace lancien gendarme bon. Cest un joueur invtr qui demande au condamn de revenir, aprs sa mort, lui rendre visite en vue de lui indiquer les numros gagnants au jeu.
    espagnole :
    Le premier amour du narrateur. Fille la peau brune, aux cheveux longs et aux yeux grands. Le narrateur lappelait affectueusement Pepa.
    e bourreau :
    Grand, vieux, gras, il la face rouge. Il est habill dune redingote. Il porte un chapeau trois cornes. La foule lappelle Samson.
    --------------------------
    Le schma narratif :
    ituation initiale :
    Lauteur ellipse de la situation initiale afin de dramatiser lhistoire, et de mettre en exergue la question centrale du texte, savoir la contestation de la peine de mort capitale. Mais on peut dduire travers quelques analepsies (retours en arrire) dissmines travers le rcit cette situation initiale) jusquau jour du crime qui a boulevers sa vie
    ment perturbateur :
    Le meurtre commis par le personnage narrateur.
    Pripties :
    Le jugement, lemprisonnement, la condamnation la peine de mort, recherche pas le condamn dune issue qui prserve sa vie.
    Dnouement :
    Il ny a pas de dnouement
    Situation finale :
    Lauteur a fait lellipse de la situation finale pour inciter le lecteur rflichir.
    ----------------------
    Le schma actanciel du rcit
    Desateur
    Linstinct de vie
    La crainte de la mort
    Le devoir parental
    Desnataire
    Le narrateur
    Sa fille Marie
    Sa mre, sa femme
    Sujet
    Le narrateur

    bjet : sauver sa vie
    (Se faire gracier, svader
    djuvant
    Pas dadjuvants, except lavocat
    Opposant
    Les magistrats
    Les gendarmes
    La foule
    Le directeur de la prison
    Laumnier
    Lhuissier
    La socit


    _________________



    avatar
    +
     +


    : 1462
    : 30
    :
    / : student
    : good
    : 01
    :
    100 / 100100 / 100

    : 11/07/2008
    : 9466
    : 0
    :
    :
    :

    : ==^^Le dernier jour d'un condamn== ^^Biographie + Etude de l'oeuvre + Rsum==

        08, 2009 11:13 am

    RÉSUMÉ DU ROMAN : LE DERNIER JOUR D'UN CONDAMNÉ
    [b](Chapitre par chapitre)
    [/b]



    CHAPITRE1

    Depuis cinq semaines, un jeune prisonnier vit constamment avec l'ide de la mort. Il est doublement enferm. Physiquement, il est captif dans une cellule Bictre. Moralement, il est prisonnier d'une seule ide : condamn mort. Il se trouve dans l'impossibilit de penser autre chose.



    CHAPITRE2

    De sa cellule, le narrateur se souvient de son procs et de sa condamnation mort. Il relate les circonstances de son procs et sa raction au verdict fatal.



    CHAPITRE3

    Le condamn semble accepter ce verdict. Il ne regrette pas trop de choses dan,s cette vie o tous les hommes sont des condamns en sursis. Peu importe ce qui lui arrive.



    CHAPITRE4

    Le condamn est transfr Bictre. Il dcrit brivement cette hideuse prison.



    CHAPITRE5

    Le narrateur nous parle de son arrive la prison. Il a russi amliorer ses conditions de prisonnier grce sa docilit et quelques mots de latin. Il nous parle ensuite de l'argot pratiqu en prison.



    CHAPITRE6

    Dans un monologue intrieur, le prisonnier nous dvoile sa dcision de se mettre crire. D'abord, pour lui-mme pour se distraire et oublier ses angoisses. Ensuite pour ceux qui jugent pour que leurs mains soient moins lgres quand il s'agit de condamner quelqu'un mort. C'est sa contribution lui pour abolir la peine capitale.



    CHAPITRE7

    Le narrateur se demande quel intrt peut-il tirer en sauvant d'autre ttes alors qu'il ne peut sauver la sienne.



    CHAPITRE8

    Le jeune condamn compte le temps qui lui reste vivre. Six semaines dont il a dj pass cinq ou mme six. Il ne lui reste presque rien.



    CHAPITRE9

    Notre prisonnier vient de faire son testament. Il pense aux personnes qu'il laisse derrire lui : sa mre, se femme et sa petite fille. C'est pour cette dernire qu'il s'inquite le plus

    .

    CHAPITRE10

    Le condamn nous dcrit son cachot qui n'a mme pas de fentres. Il dcrit aussi le long corridor long par des cachots rservs aux forats alors que les trois premiers cabanons sont rservs aux condamn la peine capitale.



    CHAPITRE11

    Pour passer sa longue nuit, il se lve pour nous dcrire les murs de sa cellule pleins d'in--xx--ions, traces laisses par d'autres prisonniers. L'image de l'chafaud crayonne sur le mur le perturbe.



    CHAPITRE12

    Le prisonnier reprend sa lecture des in--xx--ions murales. Il dcouvre les noms de criminels qui ont dj sjourn dans cette triste cellule.



    CHAPITRE13

    Le narrateur- personnage se rappelle d'un vnement particulier qui a eu lieu il y a quelques jours dans le cour de la prison : le dpart des forats au bagne de Toulon. Il nous rapporte cet vnement comme un vrai spectacle en trois actes : la visite mdicale, le visite des geliers et le ferrage. Il nous parle du traitement inhumain rserv ces condamns. A la fin du spectacle, il tombe vanoui.



    CHAPITRE14

    Quand il revient lui, il se trouve dans l'infirmerie. D'une fentre , il peut observer les forats partir tristement sous la pluie au bagne de Toulon. Il prfre plutt la mort que les travaux forcs.



    CHAPITRE15

    Le prisonnier est dans sa cellule. Il avait senti un peu de libert dans l'infirmerie mais voil qu'il est repris par l'ide de la mort qu'il pense s'vader.



    CHAPITRE16

    Le narrateur se rappelle de ces quelques heures de libert l'infirmerie. Il se souvient de cette jeune fille qu'il a entendu chanter de sa vois pure, veloute une chanson en argot.



    CHAPITRE17

    Il pense encore s'vader. Il s'imagine dj en dehors de la prison dans le port pour s'embarquer vers l'Angleterre mais voil qu'un gendarme vient demander son passeport : le rve est bris



    CHAPITRE18

    Il est six heures du matin. Le guichetier entre dans le cachot. Il demande notre condamn ce qu'il dsire manger.



    CHAPITRE19

    Le directeur de la prison vient en personne voir le condamn. Il se montre doux et gentil. Le jeune comprend que son heure est arrive.



    CHAPITRE20

    Le narrateur pense son gelier, la prison qu'il trouve partout autour de lui, dans les murs, dans les guichetiers...



    CHAPITRE21

    Le condamn reoit deux visites. D'abord celle du prtre et puis celle de l'huissier. Ce dernier vient lui annoncer que le pourvoi est rejet et que son excution aura lieu le jour mme place de Grve. Il reviendra le chercher dans une heure.



    CHAPITRE22

    Le prisonnier est transfr la Conciergerie. Il nous conte le voyage et sa discussion avec le prtre et l'huissier pendant le trajet. Il se montre peu bavard et parait plutt pensif. A huit heures trente, la carriole est dj devant la Cour.



    CHAPITRE23

    L'huissier remet le condamn aux mains du directeur. Dans un cabinet voisin, il fait une rencontre curieuse avec un le condamn mort qui sjournera dans la mme cellule Bictre. Ce dernier, fils d'un ancien condamn mort lui raconte son histoire et s'empare de sa redingote .





    CHAPITRE24

    Le narrateur est enrag parce que l'autre condamn lui a pris sa redingote.



    CHAPITRE25

    Le condamn est transfr dans une autre cellule. On lui rapporte, sur sa demande une chaise, une table, ce qu'il faut pour crire et un lit.



    CHAPITRE26

    Il est dix heures. Le condamn plaint sa petite fille qui restera sans pre. Elle sera peut tre repousse, haie cause de lui.



    CHAPITRE27

    Le narrateur se demande comment on pouvait mourir sur l'chafaud.



    CHAPITRE28

    Il se rappelle avoir dj vu une fois monter une guillotine sur la place de Grve.



    CHAPITRE29

    Le jeune dtenu pense cette grce qui ne vient toujours pas. Il estime maintenant que les galres seraient meilleure solution en attendant qu'un jour la grce arrive.



    CHAPITRE30

    Le prtre revient voir le condamn. Celui-ci est loin d'apprcier sa prsence. Ce prtre parle machinalement et semble peu touch par la souffrance du prisonnier. Ensuite, et bien que la table soit dlicate et bien garnie, il ne peut manger.



    CHAPITRE31

    Le narrateur est surpris de voir un monsieur prendre les mesures de la cellule. Ironie du sort : la prison va tre rnove dans six mois.



    CHAPITRE32

    Un autre gendarme vient prendre la relve. Il est un peu brusque. Il demande au prisonnier de venir chez lui aprs son excution pour lui rvler les trois bon numros gagnants la loterie . Le condamn veut profiter de cette demande bizarre : il lui propose de changer ses vtements avec lui. Le gendarme refuse ; il a compris que le prisonnier veut s'vader.



    CHAPITRE33

    Pour oublier son prsent, le narrateur passe en revue ses souvenirs d'enfance et de jeunesse.Il s'arrte longuement sur le souvenir de Pepa, cette jeune andalouse dont il tait amoureux et avec qui il a pass une belle soire d't.



    CHAPITRE34

    Au milieu de ses souvenirs de jeunesse, le condamn pense son crime. Entre son pass et son prsent, il y a une rivire de sang : le sang de l'autre ( sa victime) et le sien( le coupable)



    CHAPITRE35

    Le narrateur pense toutes ces personnes qui continuent toujours mener leur vie le plus normalement au monde.



    CHAPITRE36

    Il se rappelle ensuite du jour o il est all voir la grande cloche (le bourdon) de Notre-Dame (cathdrale Paris)



    CHAPITRE37

    Le narrateur dcrit brivement l'htel de ville.



    CHAPITRE38

    Il est une heure le quart. Le condamn prouve une violente douleur. Il a mal partout. Il lui reste deux heures quarante cinq vivre.



    CHAPITRE39

    On dit que sous la guillotine, on ne souffre pas, que cela passe vite. Le narrateur se demande comment on peut savoir une telle chose puisque aucun condamn dj excut ne peut l'affirmer.



    CHAPITRE40

    Le jeune dtenu pense au roi. C'est de lui que viendrait la grce tant attendue. Sa vie dpend d'une signature. Il espre toujours.



    CHAPITRE41

    Le condamn se met dans la tte l'ide qu'il va bientt mourir. Il demande un prtre pour se confesser, un crucifix baiser



    CHAPITRE42

    Il se laisse dormir un moment. C'est son dernier sommeil. Il fait un cauchemar et se rveille frmissant, baign d'une sueur froide.



    CHAPITRE43

    La petite Marie vient rendre visite son pre. Ce dernier est choqu devant la frache et la belle petite fille qui ne le reconnat pas. Elle croit que son pre est mort. Le jeune condamn perd tout espoir.



    CHAPITRE44

    Le dtenu a une heure devant lui pour s'habituer la mort. La visite de sa fille l'a pouss dans le dsespoir.



    CHAPITRE45

    Il pense au peuple qui viendra assister au spectacle de son excution. Il se dit que parmi ce public enthousiaste, il y a des ttes qui le suivront , sans le savoir, dans sa fatale destination.



    CHAPITRE46

    La petite Marie vient de partir. Le pre se demande s'il a le temps de lui crire quelques pages. Il cherche se justifiez devant les yeux de sa fille.



    CHAPITRE47

    Ce chapitre comporte une note de l'diteur ; les feuillets qui se rattachent celui-ci sont perdus ou peut tre que le condamn n'a pas eu le temps de les crire



    CHAPITRE48

    Le condamn est dans une chambre de l'htel de ville. A trois heures, on vient l'avertir qu'il tait temps. Le bourreau et ses deux valets, lui coupent les cheveux et le collet avant de lier ses mains. Le convoi se dirige ensuite vers la place de Grve devant une foule de curieux qui attendent l'excution.



    CHAPITRE49

    Le condamn demande sa grce cette personne qu'il croyait juge, commissaire ou magistrat. Il demande, par piti, qu'on lui donne cinq minutes pour attendre la grce. Mais le juge et le bourreau sortent de la cellule. Il reste seul avec le gendarme. Il espre encore mais voil qu'on vient le chercher...


    _________________




      / 23, 2017 4:17 am